Les risques et les dangers de l’électricité

L’électricité est dangereuse.
Chaque année en France, on comptabilise des milliers d’accidents d’origine électriques dont plusieurs centaines sont mortels.
C’est en basse tension que le nombre d’accidents est le plus grand, et non en haute tension. Voici les 3 principaux dangers de l’électricité:


Les risques corporels:

Le corps humain offre une faible résistance au passage du courant. Je dirais même que nous conduisons très bien l’électricité puisque nous sommes composés à plus de 80 % d’eau. En d’autres termes, nous faisons très bien office de récepteur si, malheureusement, on rentre en contact avec nos chers petits électrons…

On distingue deux types de contacts avec une pièce nue sous tension:

Le contact direct, qui comme son nom l’indique, est caractérisé par le fait de toucher « directement » avec une partie du corps un conducteur sous tension.

Le contact indirect est caractérisé par le contact d’une partie du corps avec une masse métallique d’un équipement mise accidentellement sous tension à la suite d’un défaut interne dans ce dernier (ex: une machine à laver mal isolée ou défectueuse …)

95 % des accidents électriques sont provoqués par des contacts directs (contacts mains-pieds, les plus fréquents).

Le passage du courant dans le corps dépend donc de plusieurs facteurs:

La tension de contact (>50V en alternatif sous conditions sèches)

La résistance interne du corps humain (variable suivant les individus)

Les conditions de contact (sèches, humides ou immergées)

Attention, ce n’est pas tant la tension ou l’intensité qui tuent, mais c’est surtout l’énergie.
Cette notion d’énergie traversant le corps humain fait appel à un paramètre non négligeable: le temps.
La durée du contact va être déterminante en terme de conséquences physiologiques sur la victime.

Enfin, un phénomène très connu est celui du court-circuit.
Il s’établit entre deux conducteurs ayant des potentiels différents lorsque la résistance entre ces derniers n’existe plus. S’en suit un dégagement violent d’énergie se traduisant par une destruction du matériel, et projetant au passage des particules de métaux en fusion d’une température pouvant atteindre 3000 °C …
–> Risque de brûlures externes sévères.

Les risques d’incendie:

Les incendies peuvent être provoqués par plusieurs phénomènes dont voici les principaux:

Court-circuit (comme évoqué ci-dessus)

Surcharge caractérisée par une consommation excessive de courant faisant « chauffer » voire brûler les fils électriques

Défauts de connexion dans les appareillages (mauvais serrage) faisant naître des échauffements plus ou moins importants

Arc électrique, dû à un mauvais isolement ou à la présence d’humidité

Afin de prévenir ces phénomènes, nous avons recours à différents moyens de protection et méthodes préventives (disjoncteurs, fusibles, contrôles réguliers, rénovation etc …)


Les risques de surtension:

La surtension est l’élévation brutale de la tension appliquée aux bornes de nos appareils d’utilisation. La plus connue est la surtension d’origine atmosphérique causée par la foudre.

En effet, lorsque la foudre tombe à proximité d’une habitation, elle crée via le réseau de terre une élévation du potentiel par rayonnement électro-magnétique. Ce qui veut dire que tous les récepteurs électriques branchés dans la maison peuvent essuyer une surtension (atteignant plusieurs centaines à plusieurs milliers de volts) qui risque de les endommager irrémédiablement.

Un cas beaucoup plus rare est celui de la surtension causée sur le réseau du distributeur d’énergie à la suite de la rupture accidentelle du conducteur neutre.

Pour faire simple, cette rupture a pour conséquence le passage en 400V des appareils normalement alimentés en 230V … c’est moins méchant, mais ça fait mal au porte-monnaie également.

Soyez rassurés, le distributeur ERDF installe des dispositifs de protection contre les surtensions atmosphériques et industrielles, qui rendent les réseaux fiables. Mais une protection supplémentaire doit être installée par tout abonné habitant dans les zones kérauniques (zones à risque accru d’orages et de choc de foudre): c’est le parafoudre.

Taggé , , , , , , , , , , .Mettre en favori le Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.